0
Bien-être

Friday

17

May

2024

à

14:00

Pourquoi les hommes se font-ils moins soigner que les femmes ?

Partenaire

Mission

Mission

Participants

Année

Partager ce contenu

Selon l'Insee, en 2023, l'espérance de vie à la naissance était de 80 ans pour les hommes et de 85,7 ans pour les femmes. Comment expliquer un tel écart ? Les hommes ont-ils une vie plus éprouvante physiquement ? Sont-ils plus facilement sujets aux maladies graves ?

Si la réponse à ces questions n’est pas encore clairement définie, quelques pistes de réflexions sont cependant à prendre en compte.

Factuellement moins exposées à des comportements néfastes pour la santé tel que le tabagisme, l’alcoolisme ou la conduite à risque, les femmes pourraient être considérées comme avantagées sur le plan de la santé.
Cependant, on sait qu’elles vivent plus longtemps mais pas obligatoirement en meilleure santé. Cette donnée met en lumière l’importance de la prévention dans le domaine de la santé.

Une approche différente au système de santé

Tout d’abord, cette différence entre hommes et femmes peut être due, en partie, par le fait que les femmes ont tendance à avoir recours aux services de santé plus fréquemment que les hommes.  

Elles sont soignées plus tôt et plus régulièrement que les hommes, notamment en raison de leur suivi gynécologique et obstétricien. Dès l'adolescence, elles sont encouragées à consulter régulièrement un gynécologue pour des examens de routine, ce qui instaure une habitude de soins médicaux préventifs. Ces visites régulières permettent d'aborder d'autres préoccupations de santé qui pourraient survenir. Ainsi, habituées à interagir fréquemment avec le système de santé, les femmes sont plus proactives pour chercher de l'aide médicale dès l'apparition des premiers symptômes.

À l’inverse, l’attente d’être « vraiment malade » avant d’aller consulter un professionnel de santé, revient plus souvent dans la bouche des hommes. Ils ont tendance à minimiser l'importance de la prévention et des consultations médicales régulières, préférant consulter seulement en cas de symptômes graves, ce qui peut parfois retarder le diagnostic.

 

L'attentisme masculin face à la maladie

Selon une étude de l'INSEE de 2019, 88 % des femmes avaient consulté un médecin généraliste au cours de l'année précédente, contre seulement 80 % des hommes, illustrant cette tendance à l'attentisme chez la gente masculine.

Globalement, les hommes ont tendance à consulter moins fréquemment les professionnels de la santé et à retarder le traitement de symptômes jusqu'à ce qu'ils deviennent inévitables ou trop sévères pour être ignorés. Cette approche peut être lourde de conséquences pour certaines maladies, par exemple, le diabète, qui nécessitent un suivi pour prévenir les complications. C’est ainsi que les amputations sont plus fréquentes chez les hommes, parce qu'ils consultent moins régulièrement que les femmes.

 

Vers une solution ?

Pour inverser cette tendance, il est nécessaire d'éduquer et de sensibiliser à la santé dès le plus jeune âge, en déconstruisant les stéréotypes de genre qui influencent négativement les comportements de santé des hommes. Des initiatives comme le Movember, qui mettent l'accent sur les maladies masculines et encouragent les hommes à prendre soin de leur santé, constitue un pas dans la bonne direction.

Chez Innovie, nous savons que prévenir est mieux que guérir.C’est pourquoi nous mettons l’accent sur la prévention en santé pour vos salariés, essentielle pour maintenir non seulement leur bien-être, mais également leur efficacité au travail. Grâce à notre approche personnalisée, qui prend en compte la démographie et les spécificités de chaque entreprise, nous construisons des stratégies de couverture santé qui intègrent des programmes de prévention adaptés. Contactez-nous pour en savoir plus !

En quelques chiffres

UNE QUESTION ?

Nous sommes prêts à échanger

David

Associé

Morgan

Consultant

Justine

Chargée de compte

Adrien

Associé

Posez-nous vos questions !